Cotations de topos de ski de rando : tout ce que tu dois savoir

Par

Alice Barbier

Cotations de topos de ski de rando : tout ce que tu dois savoir

Les cotations pour le ski de rando sur Whympr n’auront plus de secret pour toi


Comme pour toute activité en montagne, tu as pour habitude de te référer à un topo afin de découvrir un nouvel itinéraire (car tu es une personne sage et raisonnable). Tu as accès à un grand nombre de topos écrits par des professionnels sur Whympr… Mais les descriptions et cotations peuvent te paraitre parfois obscures. On va remédier à ce sentiment d’incompréhension face à des lettres et des +/–. Dans cet article, on va revoir ensemble les cotations de ski de rando et de ski hors-piste. Promis, à la fin de ta lecture, tu pourras choisir au millimètre près tes prochaines sorties !

Ski de randonnée dans les Aravis


La cotation de ski globale


La cotation globale de ski de rando inspirée des cotations d’alpinisme


Une sortie en ski de randonnée comprend différents paramètres qui ne se résument pas à la simple exposition de la pente. C’est pour cela qu’en début de topo tu retrouves la cotation globale de la sortie.

Elle est inspirée de la cotation globale pour l’alpinisme et permet une évaluation d’ensemble de la course (à la montée comme à la descente).

Elle s’établit entre :

  • F : Facile
  • PD : Peu Difficile
  • AD : Assez Difficile
  • D : Difficile
  • TD : Très Difficile
  • ED : Extrêmement Difficile
  • EDx : remplace ABO (ABO = Abominable)

Cotation globale de l’itinéraire de ski de randonnée


L’échelle Blachère des cotations de ski


Première échelle inventée pour le ski de montagne, elle apporte des indications par rapport au niveau technique global requit pour le skieur.

Elle est rarement utilisée mais est encore présente dans certains topos VAMOS, ou des topos suisses ou allemands.

Elle va de :

  • SM : Skieur Moyen, maîtrise conversion, virage stem et le dérapage dans une pente allant jusqu’à 30°
  • BS : Bon Skieur, capable de virage dans tous types de neige dans des pentes pouvant dépasser les 30/35°
  • TBS : Très Bon Skieur, maîtrise les virages sautés dans des pentes allant jusqu’à 40°, parfois étroites (couloirs)
  • EBS : Extrêmement Bon Skieur, ski extrême dans des pentes à plus 45°

Ces cotations peuvent être agrémentées d’un A indiquant si des connaissances en alpinisme sont requises ou non.EDx : remplace ABO (ABO = Abominable)

La difficulté à ski


Une cotation à deux chiffres permet d’évaluer le niveau de ski requis en fonction de divers éléments : l’inclinaison de la pente, la présence d’obstacles, les conséquences de la chute, etc. La cotation se divise en 5 catégories, allant de la difficulté 1 à 5.

  • 1.x
    1.1, 1.2, 1.3

Le terrain est facile, les pentes sont larges avec une inclinaison inférieure à 30°. Il n’y a pas d’obstacle particulier.
  • 2.x
    2.1, 2.2, 2.3

Les pentes sont plus raides et plus accidentées mais n’excèdent pas 35°. Une bonne technique de ski et une bonne capacité d’évaluation du manteau neigeux sont requises.  
  • 3.x
    3.1, 3.2, 3.3

Le terrain devient technique avec des passages en couloir, de plus longues pentes à 35°, et de brefs passages à 40°/45°. L’exposition est importante, une excellente technique de ski et d’évaluation du terrain sont essentielles.
  • 4.x
    4.1, 4.2, 4.3

Ski de couloir, pentes à 40° parfois longues, pouvant comporter des passages à 45°/50°. Les couloirs sont étroits, engagés, avec des passages exposés.

  • 5.x
    5.1, 5.2, 5.3, etc.

Ski extrême dans des couloirs et des pentes très soutenus supérieurs à 45° avec de longs passages à 50°/55°. Cette cotation est ouverte vers le très haut niveau (5.4, 5.5, etc.).

Attention, ces itinéraires sont rarement en condition.

Difficulté à ski

Cotations relatives à la montée en ski de rando


Certains topos, comme ceux des éditions VAMOS, détaillent la cotation globale de la course en indiquant à quelle type de montée tu vas être confronté.

  • 4.x

F : Facile, pentes douces et larges, pas ou peu de conversions.
PD : Peu Difficile, pentes un peu plus raides où les conversions restent faciles.
AD : Assez Difficile, pentes de 20° à 30°, les conversions peuvent paraître un peu soutenues pour le randonneur peu expérimenté.
D : Difficile, pentes soutenues de 30° à 40°, les conversions sont techniques. Il est possible que certains passages délicats obligent le skieur à déchausser.
TD : Très Difficile, pentes de 40° à 45° gravies avec les skis sur le sac.
Cotations de ski de rando relatives à la pente
Le degré de pente
Afin d’évaluer la difficulté d’un passage à skier, il est courant de se référer au degré de la pent
e.

Plus il est élevé, et plus la pente sera raide.

Les degrés de pente sont classés par la lettre S suivit d’un chiffre.

S2 : 20° à 30°
S3 : 30° à 35°
S4 : 35° à 40° (voire 45° si l’exposition est faible)
S5 : 40° à 45° (voire 50° si l’exposition est faible)
S6 : 50° (voire 55° si les passages exposés sont courts)
S7 : 60° ou plus, voire sauts de barres rocheuses
A titre d’exemple, un itinéraire coté F ne dépasse pas S2, tandis qu’un itinéraire AD contient souvent des passages en S4.

Cotations de ski relatives à l’exposition


L’exposition d’une pente revient au risque encouru en cas de chute. Plus la pente est exposée, plus la chute est interdite.

L’échelle relative à l’exposition se note E suivie d’un chiffre. Plus ce chiffre est important, plus l’exposition est élevée.

E1 : La pente est douce et régulière. Il n’y a pas d’obstacle en particulier. La chute est grave si la neige est dure.

E2 : Si couloir il y a, il est large, mais avec de petites barres rocheuses qui l’interrompent. Une chute peut rapidement devenir dangereuse, liée à la présence d’obstacles.

E3 : Le couloir est étroit, avec des passages obligatoires, voire des petits sauts de rocher. Une chute dans les passages exposés est très grave.

E4 : La présence de parois rocheuses rend la chute interdite.

Cotation pour l’exposition de la pente



Attention, ne fais pas une confiance aveugle aux cotations seules !


De nombreuses méthodes permettent de croiser ces cotations pour avoir une estimation plus juste de l’itinéraire de manière globale.

La cotation SHAHSHAHANI ou Toponeige, inventée par le skieur Volodia Shahshahani, et utilisée dans les topos Volopresse, combine pour un itinéraire la cotation ski (S1, S2,…), la cotation de montée (F, PD,…), et la cotation d’exposition (E1, E2,…).  

Comme en escalade, ou dans n’importe quelle discipline de montagne, les cotations sont indicatives. Voici quelques petits conseils pour conclure :

Skier le début d’une pente à 40° ne signifie pas être capable de descendre un couloir à 40°.
Ne pas attendre d’être dans une pente nécessitant les virages sautés pour commencer à s’entraîner. L’entraînement et la maîtrise doivent d’abord avoir lieu en pente douce.


Skier une cotation n’est pas toujours une bonne motivation pour sortir en ski de rando ! Le plaisir de la sortie ne dépend pas d’un chiffre et d’une lettre.
Une cotation correspond au moment où l’itinéraire est dans des cotations optimums. Si une course est cotée AD, il s’agit de Assez Difficile lorsque la neige est bonne, le manteau neigeux stabilisé, etc. Il est impératif de toujours prendre en compte tous les paramètres et pas seulement la cotation avant de choisir un itinéraire.
Voilà, nous espérons t’avoir aidé à comprendre un peu mieux comment fonctionne un topo de ski de randonnée, n’oublie pas que beaucoup de paramètres rentrent en compte pour évaluer un itinéraire, tels que l’état physique et moral des participants, ou la science subtile de la nivologie…

Mais ça, ce sera dans un autre article !

N’hésite pas à consulter nos Topo Pros sur Whympr, rédigés par des professionnels de la montagne, pour découvrir les plus beaux itinéraires autour de chez toi !

Retrouve Whympr sur iOS et Android

Et pour tes besoins en cartographique, télécharge Iphigénie sur iOS et Android


Rejoins dès maintenant la communauté Whympr